Historique de la MFR d’Agencourt (21)

La Maison Familiale d’Agencourt possède de nos jours deux activités bien distinctes.
Lieu d’éducation et d’apprentissage, MFR Agencourt propose des formations en alternance de la 4ème au BTS dans les domaines de la santé, du social et du service à la personne.
En plus de cela, si vous cherchez un lieu pour organiser un évènement dans les environs de Nuits-Saint-Georges et de Dijon, la MFR vous propose des prestations d’accueil touristique.

Mais qu’en est-il d’autrefois ?
Découvrez clic par clic un rapide historique de ce que représente la Maison Familiale et Rurale d’Agencourt dans l’histoire de la région.

Le mouvement des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation regroupe trois types d’associations :

  • les Maisons Familiales Rurales
  • les Instituts Ruraux
  • les Centres de Formation et de Promotion

Le mouvement est organisé en réseau. Chaque MFR, Institut Rural ou Centre de Formation et de Promotion adhère à une Fédération Départementale, à une Fédération Régionale et à l’Union Nationale des MFR.

› Les Maisons Familiales Rurales

Elles accueillent les jeunes garçons et filles dès l’âge de 14 ans. Ce sont des établissements à taille humaine particulièrement adaptés pour les adolescents qui y retrouvent une ambiance confiante et conviviale où chacun est connu et reconnu. En général, les MFR accueillent les adolescents pour faciliter leur orientation (classes de 4ème et 3ème), accompagner leurs projets et assurer une première qualification (CAP, BEP, Bac) en mettant en œuvre une pédagogie de l’alternance.

› Les Instituts Ruraux

Les Instituts Ruraux préparent par alternance des qualifications de niveau II ou III, Bac Pro ou Techno, BTS (A).

› Les Centres de Formation et de Promotion

Les Centres de Formation et de Promotion Sociale des MFR offrent des qualifications de technicien, technicien supérieur ou des diplômes universitaires en partenariat avec des universités après une expérience professionnelle. Ils fonctionnent principalement dans le cadre de la formation continue.

La Fédération Départementale des MFR répond à trois objectifs essentiels :

  • Assurer la présence, la représentation et la couverture du territoire départemental par les Maisons Familiales.
  • Faire travailler ensemble et conforter les associations d’un même département,
  • Susciter et accompagner la création de nouvelles associations.

La Fédération Régionale des MFR est une instance qui a pour objectifs de :

  • Dégager une cohérence régionale des formations prenant en compte les aspirations des associations et la dynamique de chaque département, mais aussi les complémentarités et les priorités à promouvoir, représenter le mouvement des MFR auprès de l’administration, de l’Etat déconcentré, du Conseil Régional, des partenaires professionnels et familiaux et valoriser l’image des Maisons Familiales.
  • Apporter un appui aux associations de sa région en liaison avec les Fédérations Départementales.

L’union nationale des MFR a comme objectif fondamental d’unir toutes les associations dans leur diversité pour affirmer, en s’appuyant sur l’ensemble des associations, les caractéristiques et les orientations des Maisons Familiales Rurales.

Les principales missions de l’Union Nationale des MFR concernent :

  • La définition des principes communs, des valeurs partagées et la garantie de leur authenticité.
  • Les orientations stratégiques du mouvement et leur mise en œuvre.
  • La représentation institutionnelle auprès des instances administratives, socio-professionnelles et familiales.
  • Le rayonnement du mouvement sur le plan national et la coopération au développement des MFR dans les autres pays.

Au niveau national, le Conseil d’administration de l’Union des MFR, présidé par François Subrin, est constitué des représentants des associations. Une équipe de "permanents", basée à Paris et animée par Jean-Claude Daigney, Directeur, met en œuvre les orientations du Conseil. Elle est en relation avec les décideurs nationaux et travaille avec les associations pour les aider à réaliser leurs projets.

La MFR est née en 1947 de la volonté de quelques personnes soucieuses d'améliorer, d'orienter, et de former les jeunes du milieu rural.

Le cadre prestigieux du Pays Nuiton est apparu comme un élément déterminant voire déclenchant dans l'aboutissement de ce projet.

La formation en alternance répondait aux besoins du milieu socio-professionnel et correspondait à la volonté des jeunes et de leur famille.

La MFR Agencourt a su s'adapter aux évolutions technologiques. Elle propose un ensemble de formations pour permettre aux élèves d'obtenir un niveau de compétences leur donnant toutes les chances de réussite dans l'accès à la vie active.

Aujourd'hui la MFR Agencourt s'est largement imposée comme l'établissement de référence dans sa catégorie : étude, formation, échange, convivialité.

Tous ces adjectifs combinés à cette région prestigieuse qu'est la Bourgogne et le Pays Nuiton ont fait de ce lieu un endroit de culture et d'évolution vers la vie active pour... Réussir autrement.

La Maison Familiale d’Agencourt vous accueille et vous souhaite la bienvenue dans ce site médiéval.
L’aspect particulier de ce lieu génère souvent quelques questions…
Le bâtiment dans lequel la MFR se trouve fait partie de la ferme et des dépendances du Château (situé derrière le bâtiment).
L’architecture du lieu a une forte influence cistercienne et cette salle était à l’origine une écurie. La construction de départ a eu lieu au 13ème siècle et elle a été revue vers le 16ème siècle.

L’organisation de l’époque était la suivante :

  • L’accès des animaux était possible grâce à la porte latérale de droite (en regardant au fond de la salle), ce qui explique l’arche plus grande
  • L’allée centrale était réservée aux travaux d’entretien et de soin des animaux
  • De part et d’autres de la pièce, contre les murs, des mangeoires étaient présentes (il en reste une partie au fond à droite)
  • Entre chaque colonne, des panneaux de bois, soutenus par des chaînes (baflants) délimitaient un boxe dans lequel se tenait le cheval
  • Un râtelier en position haute permettait l’affouragement des animaux depuis le fenil situé au-dessus de la salle

La trace de ces chevêtres en pierre se distingue en haut et sur les côtés de la pièce en position latérale.

A l’époque du Moyen Âge, l’importance des exploitations agricoles ne se mesurait pas à leur surface mais par leur force de travail.

Nous pouvons donc penser que le site d’Agencourt, au vu du nombre d’attelages possibles, bénéficiait d’une notoriété reconnue.

Par ailleurs, cet aspect de la force de travail a permis de faire naître les premières mesures agraires : par exemple « le journal » 22 ares 90 centiares, correspondait à la surface que labourait en une journée un homme avec un cheval (cette mesure est variable selon les régions).

Cette salle est aujourd’hui transformée en salle à manger :

  • Pour les jeunes de la Maison Familiale qui suivent des formations par alternance dans le domaine de la santé et du social (de la 4ème au BTS)
  • Pour les groupes extérieurs qui fréquentent notre établissement durant les week-ends et les périodes de vacances scolaires

› Les origines du village d’Agencourt

Le nom d’Agencourt vient du latin « agen » ou « agin » qui est un nom propre germanique et de « cortis » qui signifie « domaine ». On peut donc en déduire qu’un seigneur germanique du nom d’Engin aurait régné sur les terres d’Agencourt sans doute durant l’Antiquité et lui aurait par conséquent transmis son nom.

La première mention écrite du village d’Agencourt apparaît en 1110 dans le cartulaire de Cîteaux, mais l’on estime sa création aux alentours de l’époque Gallo-Romaine, à peu près à la même époque que le célèbre site des Bolards, près de Nuits-Saint-Georges.

Depuis sa naissance, Agencourt a toujours été un lieu de passage et donc de commerce, notamment grâce à la fameuse voie romaine d’Agrippa, reliant Lyon à Trèves.

Agencourt est une petite commune, mais elle ne manque pas de témoignages de son passé. En effet, outre son château, vous pourrez apprécier en flânant dans ses ruelles, des traces de l’histoire locale.

L’église par exemple, date du XIIIème siècle et possède des fresques des XVème et XVIIIème siècles ainsi qu’une charpente de bois ressemblant à celle de la salle des Pôvres des hospices de Beaune. Vous pourrez également voir d’anciennes habitations de nobles telles que la maison Moron qui date de 1718.

› Le château d’Agencourt au fil des siècles

Le château d’Agencourt semble-t-il, existait déjà au XIIIème siècle, puisque l’on raconte qu’Hugues IV aurait échangé son territoire de Cussigny pour celui d’Agencourt avec son valet en 1268, celui d’Agencourt possédant des vignes et se situant à la bordure de la forêt de Cîteaux, convenait plus aux activités favorites du seigneur : la fête et la chasse.
Cependant, le château est mentionné comme forteresse seulement en 1470, il possédait alors un pont-levis, des douves, des tours et d’autres fortifications.

Durant tout le XVème siècle et jusqu’en 1566, ce sera la famille de Guillaume de Vichy qui règnera sur Agencourt.

Puis au XVIème siècle, ce sera le tour de Jean et Guillaume des Bruyères, lieutenants de bailliage de Nuits.

Au XVIIème siècle, la famille Saint-Martin d’Agencourt occupera le château, le transformant en relais de chasse qui prendra beaucoup d’importance durant ce siècle, le roi Louis XIII y aurait même fait une halte. Il faut dire qu’Agencourt était un lieu propice à la pratique de la chasse avec la forêt de Cîteaux regorgeante de gibier se trouvant à proximité.

Plan d’origine du XIIIème siècle : les limites 1ères bornes.

Le Verger (Viridarium)

Le verger médiéval, c’est le viridarium (ou le viridiarium), parfois le pomarium, le « vergier » en vieux français.

Il peut être un jardin d’agrément à la romaine, comme le viridantia ou viriidaria où court la vigne.

Pour les moines, il est surtout utilitaire et source de méditation, avec de reposantes haltes sur des bancs de bois ou de pierre.

Ainsi à cette époque, le verger médiéval correspondait à un double symbole à la fois religieux et profane.

En effet, la notion de verger était associé au Paradis perdu représenté par un lieu verdoyant protégé par un mur des vents desséchants.

D’autre part, le verger était le lieu idéal pour la quête de l’être aimé : la notion de lieu d’agrément avait aussi toute sa place.

Par ailleurs et parfois à proximité, nous pouvions trouver d’autres espaces comme les vergers des Sorcières.

 

Siret : 778 158 527 0001 - 4 Rue du Lavoir 21700 Agencourt - Tél. : 03 80 61 02 14 - Fax : 03 80 61 31 67

La MFR d’Agencourt est située à côté de Nuits-Saint-Georges et non loin de Beaune et Dijon (21 Côte d’Or, Bourgogne).
Elle propose des formations en alternance de la 4ème au BTS ainsi que de l’accueil touristique et la location de salles.